• Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Entre SRC, Via Alpina, GTA... & Monte Scaletta 

      


    Petite escapade de trois jours à travers la Haute Ubaye et le Haut Valle Maira. Entre sentiers "bucoliques", et sente du "vertige"... 

    Trois jours assez sportifs, tant au niveau du dénivelé qu'au niveau du kilométrage. De vallons herbeux, en crête, de désert d'altitude au steppe alpine.. avec pour parfaire le décors : marmottes... chamois, et fleurs en quantité ! 


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) J1 : Le Pontet - 1948 m - (Secteur du Col de Larche) au refuge Gardetta (Italie, Valle Maïra) en passant le Mont Scaletta (2840 m) et le sentier Roberto Cavallero - Cotation : T1: Du Pontet ⇒ Col de Roburent /T2 : Col de Roburent ⇒ col de la Scaletta & Colle Oserot ⇒ Refuge Gardetta /T3 : col de la Scaletta ⇒ Colle Oserot  vire aérienne équipée de chaîne, pierrier, risques de chute -  [Globalement T4 sur certains tronçons de la SRC] Dénivelé : 1370 +/ 970-/8 h/T2 à T3

    [Les alternatives : Il y a moyen de ne pas passer par le Monte Scaletta, il faut poursuivre après avoir passé le col Scaletta par les sentiers qui se situent en contre bas : S10 / S28 et S27, attention toutefois au niveau du secteur : Colletto Vittorio - 2522 m - : secteur raide et pourvu de chaînes (voir sur le site cité en référence : Cuneo Trekking*) Infos complémentaires agrémentées de photos (site en italien) : http://cuneotrekking.com/2011/08/05/salita-e-tour-del-monte-scaletta/]  ; la solution la plus simple (et tout aussi sympa), est de passé par les lacs de Roburent pour récupérer le Passo Peroni, évitant ainsi le Coletto Vittorio. Dans l'une comme l'autre des alternatives, ne pas négliger le temps horaire, le dénivelé et la distance.]

    C'est parti pour une belle journée... Tout commence par la montée vers le Lac de l'Orrenaye, au passage on admirera le beau vallon de l'Orrenaye : verdoyant à souhait, avec ses marmottes (peu farouches) et son lac... où l'on prendrait bien une pause ; mais voilà déjà le Col de Roburent et ses 2502 m, un pas de plus et c'est l'Italie... en contrebas le lac de Roburent se dévoile petit à petit. Superbe !

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Ce qui l'est moins c'est la sente fort bien marquée qui monte au col de la Scaletta (2614 m) (le deuxième et pas le dernier des cols de la journée !) ; une sente raide à souhait ! Une pause, puis on poursuit vers la "Scaletta"... Raide vous avez dit ? Effectivement, mais c'est relativement cours, donc forcément "intense" comme effort... tout comme ce qui suivra. Nous quittons les alpages verdoyant de l'Orrenaye et de Roburent pour entrée dans le "territoire du cailloux"... sec, voir même très sec. Le col de la Scaletta, et là. On se tourne légèrement pour "admirer" la "muraille" qui nous fait face... eek , celle qui conduit au Monte Scaletta  ou Mont Ladder (2840 m)

    - Heu, c'est par là ? sarcastic

    Il semblerait que "Oui"... Le chemin pour monter au col, semble tout d'un coup être une petite formalité lorsque l'on se trouve là. La perspective peut provoquer parfois de drôle "d'illusion"... (en claire : une perception déformée sur la "chose"). Bref, montons, puisqu'il le "faut" ! Nous poursuivons notre montée qui au final, certes est "raide", se fait plutôt bien, ceci dit, ici il vaut mieux avoir le pied plus que sûr... car il a parfois tendance - même avec de bons godillons à semelle Vibram® - à zipper "sévère". Le secteur est balisé, car nous sommes sur le fameux : Sentiero Roberto Cavallero, le SRC - balisé : rouge et bleu -. Le "SRC" est un sentier assez difficile, très alpin... sujet au vertige s'abstenir ! La première partie est une "formalité" : une sente bien marquée (attention toutefois !) qui débouche sur un tunnel (une ancienne galerie militaire d'avant guère - la seconde bien-sur-)... Brrr, fait "sombre", peut engagent... Une bonne frontale pour éclairer le tout. On s'y "engouffre", un premier "coude", puis puis un deuxième, on poursuit... au sortir de celui-ci on retrouve le sentier... L’ascension est ici un peu plus délicate, (bien suivre le balisage !) il faut encore pauser quelques mains (petit ressaut en II) ; suivre la sente escarpée qui parfois se mire dans le vide ; admirer le paysage : le Viso joue avec les nuages au loin ; faire "gaffe" ou l'on pose les pieds car parfois le cailloux - maître des lieux - a tendance à vous filer entre la gomme des chaussures, et vous faire vaciller... Et puis c'est "l'arrivée" au Monte Scaletta avec son bunker un peu fatigué faut le dire ; en compagnie d'un "petit" vent frais qui vous rappelle qu'après une bonne suée - celle de la montée - il vaut mieux se couvrir pour la pause.. 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)Le Monte Scaletta, faisait parti à l'époque du Mur des Alpes ; construit par l'Italie pour défendre sa frontière. La construction de ce "mur" a été réalisé entre 1930 et 1935, et était gardé par les Gardes Frontières (Guardia alla Frontiera). Le Monte Scaletta servait à l'époque de poste d'observation.

    Une pause, une photo... un regard vers l'Est, l'Ouest... un regard à 360°. Une fleur, puis deux, poussent là, on se demande bien comment. Et puis il faut songer à poursuivre, le long de cette crête qui file au loin ; qui file en point d'interrogation aussi (sur la carte, une portion m'intrigue quelque peu, le symbole représenté ne figurant pas sur la légende...mystère, mystère) Sous le sommet, l'endroit idéal pour la pause car couper du vent... (comment ne pas y avoir songé ???), une belle "plage" verdoyante vous accueille...  L'"herbe" se débat, ici, entre vent et cailloux pour subsister... Carte en main, nous demandons quelques infos complémentaires sur la suite (le fameux tronçon mystère)... En italien dans le texte, cela donne ceci : "Come è il sentiero ?".. "È un buono sentiero... non difficile, molto bello !". Ok... Je sais que le dit sentier comporte des portions équipés de chaînes, et joue parfois avec des synonymes de type "aérien", "vide", "gazeux", "surprenant".... affaire à suivre !

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    La "fameuse" galerie, une entrée en matière un peu inattendue... 

    en toile de fonds le Monte Scaletta - 2840 m -, appelé aussi Mont Ladder

    Allez "z'ou"... c'est partie pour le SRC ; pour une séquence "pure montagne" ou "montagne pure" wink2. Un "truc" comme on les aimes ou pas, c'est selon. La sente file, doucement, mais surement. Première rencontre, avec mes "amies" les chaînes sur une vire (confortable ou presque, le vide n'est point loin, mais à distance... pour ne pas sentir le "malaise" poindre, quand comme moi, on est pas très (ou plutôt perdu l'habitude) à l'aise avec cet élément que l'on appel : "vide". Pour paraphraser l'équipe qui nous précède : "Molto bello"... Si, si... vraiment beau, même la difficulté du "chemin" ne gâche rien à cette belle traversée, bien au contraire elle l'alimente... Tout simplement superbe !

    Sur la vire... équipée

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Petites successions de sentes escarpées, de vires équipées (un passage est plus aérien que les autres (pour ma part, "of course") en prenant un "peu" ma respiration, je passe beurk. Surtout rester "concentré" he ; sur la première partie du SRC ; la difficulté décroît ensuite, la sente file à flan (avec un côté toujours "face au vide", et l'autre bien-sur toujours aussi "zippant"...).

    Le Passo Peroni est en vu. Il faut remonter un peu pour l'atteindre... le Passo enfin. Le SRC, se poursuit Mais avant, de continuer vers l'objectif du jour : le refuge Gardetta, nous échangeons quelques mots, carte en main, avec le groupe de randonneurs italiens qui nous ont précédé sur le SRC, pour éclaircir un point sur le "fameux tronçon mystère" représenté sur la carte... des petits ronds, les uns à la suite des autres.... Curieux ? En fait ce n'est autre qu'une conduite d'eau souterraine, avec quelques regards qui jonchent le sentier, ni plus ni moins. "Bien sage"... très drôle, cette carte (pourtant au combien précieuse, et précise... ce petit "détail" aurait pu, cependant être un peu mieux décrit... Cela m'a fait penser à tout sauf à ça !). Le "mystère", éclairci, nous poursuivons... Passo la Croce Occidentale, Bi.Due Valli, Passo la Croce Oriental - 2630 m --... On enchaîne non pas sur le "SRC" qui mène au col Vittorio - 2522 m - mais par la "piste" (si, si) militaire qui part à main droite au niveau du Passo la Croce Oriental, pour rejoindre la Combe Emmanuel Sup. et son col : l'Oserot, qui nous font face. [SENTIER NON BALISE : Nous évitant ainsi de descendre de trop, et trop "abruptement", pour mieux remonter ensuite. Nous croisons sur notre beau chemin, deux "jeunes" hommes (la soixantaine, bien passée.) qui nous donnent le "bonjour", nous échangeons quelques mots, et pour finir, ils nous indiquent la "marche à suivre" pour aller au col de l'Oserot par la Combe Emmanuel : poursuivre sur la piste et la quitter après le "passaggio dirupato" juste sous "al livello del primo innevato al livello dell'ébouli" [car] "perché la pista è crollata e la strada è in molto cattivo stato"... (tout cela accompagné de la gestuelle adéquat : mouliné de bâtons, des mains, pointant la zone a éviter et à quitter..) Tout un programme... ! Effectivement, le sentier c'est "cassé la figure" (pour rester polie), il faut donc opérer un changement de chemin (et de cap)... passer en face. Un grand moment ! Des éboulis mal commode, ou chaque pierres s'amusent a se "dérober" sur chaque pas fatigués... Une chute, puis deux (aiee... mon post...), une descente sur les "fesses" (oups, pardon), dans un très court passage d'éboulis de cailloux très fins (et glissant...), pas très esthétique ni très académique mais c'est plus "sûr" he... un chaos de bloc plus tard, et "hop" nous voilà rendues sur la "voie" normale qui mène à l'Oserot... (il est préférable, voire même conseillé de ne pas emprunter la piste - qui vous tend les "bras" - pour couper au plus court, car le secteur est vraiment "pourri",  la piste disparaît même par endroit sous des "tonnes" de cailloux et de blocs en tous "genres" qui en plus ne demande qu'à vous rouler dessus à la première occas... [par ici le randonneur, tout frais : splash...beurk ] mais de bien suivre le chemin à main gauche, le chemin "principal". Un pied sûr, et une bonne connaissance du milieu sont nécessaires).

    [Sur l'extrait de carte, j'ai représenté une sente qui part à main gauche, sur la piste militaire, cette sente rejointe le sentier principal noté S27, celle-ci est plus sûr, que le chemin que nous avons emprunté barré d'une croix sur l'extrait de la carte, elle évite d'emprunter le SRC]

    L'Oserot, avant dernier col de la journée, enfin ! ... Gardetta n'est plus très loin, la journée touche presque à sa fin...

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Sur la Via Alpina et la GTA

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Le Refuge Gardetta... au loin.

    Petite astuce... pour arriver à "Gardetta", emprunter en premier lieu le sentier principal après le Passo Rocca Brancia (2606 m) - sur la carte, et le terrain : GTA et Via Alpina, balisé en rouge et blanc - puis bifurquer à droite au niveau de la "Caserma" (petite caserne), sur un sentier balisé en orange évitant ainsi de poursuivre jusqu'au Passo della Gardetta. Cette petite sente est bien balisée, et bien marquée (comme indiqué sur la photo ci-dessus)...

    Refuge Gardetta... 8 h plus tard (pauses comprises...) ! 

    zzzzzzzzz

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) Le tracé que nous avons suivi, soit le SRC, faisait parti du : Vallo Alpino l'équivalent de notre Ligne Maginot. Cette ligne de défense cours sur près de 1850 km... Le Mur des Alpes est similaire à la Ligne Maginot pour la France, la Ligne Siegfied pour l'Allemagne ou encore  le « Réduit national » ou « Réduit » pour les Suisses. La frontière est "constellée" de vestiges militaires : bunker, galerie (celle de la Scaletta), conduite d'eau et autres fortins. Au sommet de la Scaletta, un bunker assez fatigué par ailleurs, et toujours présent... Témoin du passé. Sur une grande partie du parcours on croise nombre de ces édifices. Le Refuge della Gardetta, n'est autre qu'une ancienne caserne reconvertie en un "douillet" refuge... 

     Historie du Vallo Alpine dans le Valle Maira.  Site, dédié aux fortifications du Vallo Alpino : Les Fortifications en Val Alpin


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) J2 : Refuge Gardetta - Refuge Campo Base (Haut Valle Maïra) par le col d'Enchiausa (2735 m) et le Valle d'Apsoi. Une "grosse étape", là aussi, le dénivelé négatif est assez conséquent. Il faut compter 8 bonnes heures pour aller d'un refuge à l'autre. Nous quittons ici la SRC pour poursuivre sur des "sentes" moins aériennes... mais toutes aussi belles ! Cotation : T2/T3. Dénivelé : 1170+/ 1850 - ; 8 h 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     En toile de fonds, on devine la Rocca la Meija - 2831 m - (le "monolithe" qui dépasse, "presque" au centre de la photo)

    C'est une belle journée... qui commence ; pas un nuage à l'horizon. Direction le refuge de Campo Base, situé dans le Haut Valle Maïra, perché à 1650 m, loin très loin. Aujourd'hui, c'est encore une longue étape qui nous attends, plus de descente que de montée : un passo et un col à franchir et une longue distance à parcourir. 

    Le premier est vite atteint, il s'agit du Passo de la Gardetta, à environ 30 min du refuge. De celui-ci on devine ce qui nous attend au loin, de l'autre côté : la longue montée au col d'Enchiausa. (Ça promet !). En attendant il faut entamer la première longue descente du jour : 600 m de dénivellation négative en suivant le Prato Ciorliero situé juste sous les contreforts du Pico Eco où un chamois joue les équilibriste sur ses pentes (très) escarpées. 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Les granges Resplendino sont "vites" atteintes... nous continuons notre "escapade" du jour à travers une belle forêt composée entre autre de mélèzes ; nous poursuivons jusqu'à atteindre le sentier qui nous mènera au col d'Enchiausa. Après une longue descente, nous voici maintenant "face" à la montée du jour... 

    Plutôt bucolique et sympathique, le chemin aujourd'hui...  Au détour du sentier, un troupeau d'ânes vient à nous. Curieux, mais surtout très intéressés par ce qu'il y a dans nos sacs, et même dans nos poches... Le museau à l'affût de la moindre friandise, qu'hélas nous n'avons pas. 

    Le sentier se relève petit à petit ; le col se dévoile enfin, ses atouts charmes : le "cailloux" et pour rompre avec la "monotonie" du minéral, quelques plaques de neige. Mais pour l'heure, nous sommes toujours dans le joli et verdoyant Valle d'Enchiausa, entre Soubeyran et Bric Content, puis entre entre Bric Moulinière et Auto Vallonesso, qui en imposent par leur masse respective. Le sentier lui, file à flan, toujours en monde "ascendant"...

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Valle d'Enchiausa

    Enchiausa... Enchiausa... Enchiausa... ton univers "impitoyable" (comme dirait "l'autre")... Que c'est long, mais alors très long (enfin, ce n'est qu'une impression, j'ai juste hâte d'en finir avec la montée). Une pause pâte de fruit (pour l'énergie...  glasses) s'impose... et c'est reparti sur le chemin d'éboulis. Un pas, puis deux, puis trois... un premier névé franchi, puis un second... Le chemin se perd, le gris du caillou se confond dans le décor. Droite, gauche, tout droit... Un tour d’horizon, un vague trace de peinture et puis la longue litanie d'un pied devant l'autre continue, ainsi jusqu'au col...

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Col d'Enchiausa, le point haut du jour / Le Valle d'Apsoi

    Le col d'Enchiausa : à main gauche la Tête de Moïse (3100 m) et à main droite l'Auto Vallonasso - antécime SE - (2883 m) ; d'un coté le Valle d'Enchiausa et ses alpages verdoyants et de l'autre le Valle d'Apsoi, son immense lac et son cirque glaciaire...

    Le Valle d'Apsoi est réputé pour sa beauté... Géologiquement le site est assez intéressent.

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Le Valle d'Apsoi

    Nous poursuivons notre descente à travers tout d'abord une sente bien marquée dans un éboulis de petits cailloux assez fin qui requiert un peu d'attention, pour ne pas dire beaucoup ; nous imposant par endroit quelques figures acrobatiques dignes des plus grands patineurs du moment... Quelques saltos et un gros névé plus tard, nous atteignons la moraine composée pour l'essentiel de gros chaos de blocs parfois instables, mais pas assez pour nous déséquilibrer... Nous laissons ici le monde minéral pour pénétrer dans le monde du végétal... La descente se poursuit "tranquille" : nous rejoignons le sentier Frassati - ou le SPGF (qui est aussi la GTA, ou encore le S13 et accessoirement le fameux SRC !). Au passage on admirera le joli Lago Visaissa qui se situe juste en contre-bas... Au sortir du Valle d'Apsoi, il y a une multitude de sentiers pour rejoindre Chiappera qui n'est pas très loin ou presque, 3 km et des poussières, Nous optons pour la version : Sentiero Frassati et Sentiero Cavallero* A l'altitude  1800 m, nous bifurquons pour retrouver un belle piste forestière, qui file à flan, Nous avons pour un cours instants fini de descendre. Cela fait du bien de se retrouver sur du "presque" plat, et sur un chemin où le pied ne bute pas contre un caillou, celui-ci ayant la fâcheuse tendance en cette fin de périple (journalière) à traverser la route en vue de vous faire trébucher lourdement ou presque (heureusement que le dit caillou ne réussi pas son coup à tous les coups...he, si non bonjour le postérieur oops!) ; cela fait aussi du bien aux cuisses, car à cette heure ci de la journée, et avec le train d'enfer que nous menons depuis deux jours,  elles aussi, commencent à manifester un certain mécontentement... En résumé, ça chauffe à tous les étages ! 

    *[Pour l'option "SRC", il est vivement conseillé d'avoir le pied plus que sûr, une bonne connaissance du terrain et un bon sens de l'orientation, car par temps incertain l'orientation peut s'avérer compliqué. Ce tronçon du "SRC", n'est pas vraiment fréquenté. Le balisage est en place, mais Mère Nature a mis sur le parcours quelques embûches : arbres qui vous barrent la route, végétation exubérante en tous genres, balisage quelque peu disparate par endroit car le terrain a semble-t-il bougé (glissement de terrain, neige...) Ce tronçon est plutôt réservé aux habitués des terrais à "chamois"... Il existe une solution bien plus confortable, il suffit pour cela de continuer sur le Sentiero Frassati et de bifurquer au niveau de la source Pausa (1920 m), et de plonger ensuite par un bon sentier estampillé : "Via Alpina" ou S16]

    Nous quittons le sentiero Frassati pour emprunter le SRC qui plonge plus que franchement dans un pierrier assez malcommode à descendre (pour ne pas dire très pénible), il faut viser juste entre chaque pas (vaut mieux ici avoir une bonne paire de godillots de marche, si non bonjour les chevilles !). Le SRC se mérite, car ce tronçon est plus que facétieux ! Après s'être fait un peu chahutés par les cailloux, fouettés par quelques branches indisciplinées, avoir mis en "danger" un pied voir les deux dans des trous soigneusement recouverts d'herbes "folles", enjambés quelques troncs jonchés ça et là sur le sol, chercher du regard les "balises rouges et bleues" qui par endroit ont tendance à jouer avec nos "nerfs" en se dissimulant derrière un grand fatras en tous genres ; nous retrouvons avec joie la Via Alpina, et un bon sentier... Chiappera n'est plus très loin ! Enfin... Cela fait  plus de 7 h que nous parcourons l'Alpe maintenant et la fatigue commence à se fait sentir... 

    Nous entendons au loin, un concert de bêlement... Un troupeau sans doute est dans le secteur. Le nez sur nos godasses à humer l'air, le son se fait de plus en plus présent m'obligeant à sortir de mes rêveries (je commence a être en mode : automatique money) ... Le troupeau n'est pas au prés mais sur le sentier (plutôt étroit et bordé d'arbres et d'autres végétaux), au loin et face à nous ! Le berger nous fait signe... et nous demande gentille-ment de nous "garer" sur le haut de celui-ci, pour laisser passer les bêtes (vu le nombre vaut mieux se pousser !)... Les brebis et quelques chèvres déboulent dans un ordre dispersé, accompagnées de quelques chiens aux regards curieux (pour ne pas dire flippant bad), suivies d'autres bergers affichant un large sourire, en nous indiquant que leurs chiens sont des "amours" (pour certains nous avons comme un doute)...  Il y a plus d'une centaine de têtes ! Impressionnant... Un pause donc, pour laisser passer ces "dames..." qui n'hésitent pas à vous bousculer, voir même vous marcher dessus, au passage quelques malheureuses fleurs feront les frais de leur appétit vorace... 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    La route... enfin (non pas que j'aime particulièrement le bitume, mais purge que cela fait du bien de sentir un truc vraiment plat sous la godasse... un vrai bonheur !) et puis Chiappera... une halte pour se rafraîchir et déguster une bonne glace à l'eau goût "Lemon" (des heures qu'on en rêvait !!)

    Encore 20 minutes... et se sera le "lancé" de godasses. Trop cool... intello

    Campo Base, 8 h, plus tard... Une bonne bière local, un bon repas, et surtout un bon gros dodo ! 

    zzzzzzsleep


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) J 3 : De Campo Base au Pontet, en passant par le Passo della Cavalla (2539 m), et pour finir le Col de la Gipière de l'Orrenaye (2482 m)... T2 / Dénivelé : 1025 + / 715 - ; 6 h. 

    Nous empruntons le même chemin que la veille pour rejoindre le Passo della Cavalla. Ça grimpe joyeusement, mais doucement... le réveil musculaire se fait tout en douceur et à la fraîche. Deux options sont possibles pour rejoindre le Pontet ou Larche : la première le Col de Sautron et la deuxième c'est pour celle-ci que nous avons opter : le Col des Monges, Pour un retour tout en douceur, certes plus long et un peu moins direct que le "Sautron", mais en terme de raideur y'a pas photo... c'est un poil plus doux, et puis aussi cela nous permet d'arriver directement à la voiture sans passer par Larche et la navette de 17 h... et la demi heure à pied pour remonter au parking. A cela il faut aussi ajouté une météo au beau fixe, sans quoi nous aurions opté pour un direct : le Sautron.

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Vers le Passo Della Cavalla par le sentier Pier Giorgio Frassati*

    La montée au Passo della Cavalla est pour partie commune avec le Col de Sautron, nous bifurquons en arrivant à la Fontaine del Baciasset pour emprunter le sentier PGFrassati... à main gauche. Sentier qui ne nous est pas inconnu, car nous l'avons parcouru il y a peu ; à la seul différence qu'aujourd'hui le ciel est bleu et le vallon ensoleillé nous laissant entrevoir un magnifique paysage.. L'ambiance y est moins entourée de mystère et d'étrange. La lumière change tout...

      Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Passo della Cavalla

    Le Passo, une pause, et nous poursuivons, toujours sur  le sentier PGFrassati, en direction du Col des Monges, au passage on pourra de nouveau admirer au loin le Valle d'Apsoi, parcouru la veille, ainsi que la Tête de l'Oronaye ou Têtes de Moïse (3100 m) qui fait figure de géant sur la crête sommitale.

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     La Tête de Moïse et le Valle d'Apsoi / Col

    Le col des Monges, la frontière est franchie... Un patou navigue au loin sur la crête.... seul. Les "Monges" ou "Munies", toujours aussi beau le coin. Un petit vent frais oblige le repli en contre bas, ou un énorme troupeau paisse... ce qui explique la présence de Sieur Patou quelque instant plus tôt. Patou totalement indifférent à notre présence car nous sommes à une bonne distance de son troupeau ; il saura nous rappeler à l'ordre lorsque nous serons un peu trop près... Une première pause au soleil (c'est mieux), en attendant que le troupeau quitte le secteur que nous convoitons... c'est à dire le sentier qui mène au col de la Gypière. A noté que ce sentier n'existe pas sur la carte, et donc n'est pas balisé. Une sente cours à flan, bien visible au sol 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Vers le col de la Gypière de l'Orrenaye

    Nous profitons que le troupeau monte en direction de la crête pour filer... vers notre dernier col du jour. Une nouvelle pause pour observer marmottes et autres marmottons ainsi que le troupeau et son berger...

    Le col de la Gypière est atteint... reste plus qu'à redescendre vers la civilisation.

    Clap de fin sur une tournée de trois jours hautes en couleurs... 

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     Voilà, c'est fini... nous retrouvons, le chemin que nous avons emprunté deux jours plus tôt....

    Au loin, le mauvais temps pointe le bout de son nez, il est "temps" [hélas] de rentrer !


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) Côté difficulté technique 

    • L'ensemble des difficultés du parcours sont variables, la partie la plus "simple" (T1) est celle du début du Pontet au Lac et Col de Roburent, pour le reste la cotation la difficulté varie T2/T3 à T4. [Selon l'échelle de difficulté du CAS ] Ce parcours est très sportif, et requiert une bonne endurance, une bonne connaissance du milieu, et de l'orientation. Les dénivelés sont conséquents plus de 1000 m/jr ; le temps de marche est en moyenne de 7 h à 8 h/jour. Le sentier R.Cavallero est à réserver aux personnes n'étant pas sujet au vertige, et ayant l'habitude d'évoluer en "terrain exigent" : passages exposés avec risques de chute, pierriers, pentes mêlées de rochers sans trace, passages équipés, désescalade.., pas d'escalade facile, ici coté : II (sur le SRC la cotation est en générale de T3 à T4 - voir même de l'alpinisme, et requiert un équipement spécifique : corde, baudrier, casque... et une bonne expérience !!!). 

    •  Cotation globale (selon le nouveau guide de la FFRP) : Effort 4/Technique 4 à 5 (Monte Scaletta et SRC)/Risque 4 à 5 (Monte Scaletta et SRC)

     

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

     

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)Côté équipement

    Tout l'équipement nécessaire à l'itinérance en refuge. et éventuellement, du matériel complémentaire technique de progression et de sécurité : un brin de corde, longe, mousquetons... pour le SRC

     Cartes 

    • Carte :  AIGUILLE DE CHAMBEYRON/COLS DE LARCHE ET DE VARS (GPS) 3538 ET. 
    • Pour cette "balade" - très sportive :  carte au 1:20 000ème de Bruno Rosano. Cette carte se présente sur deux faces, elle est étanche, résistante au vent et à la pluie. On y trouve aussi des informations sur les grands chemins que l'on peut rencontrer dans le Val Maïra : GTA, PO, Sentier de Pays, Sentier Roberto Cavallero ou "SRC"... etc. Elle ne coûte que 10 € !

       

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

      

    • On peut aussi se procurer la carte au 1/25 000 ème des Editions Fraternali, n°11, Alta Val Varaita, Alta Val Maïra, compatible avec les GPS ; en plus des indications habituels on y trouve aussi les portions praticables à vélo. L'édition que nous avons trouvé daté de 2008. Plus d'infos sur : www.fraternalieditore.it. Attention toutefois cette carte ne représente que la partie italienne il faut la compléter avec la carte IGN 3538 ET. 

     

     Hébergements

     

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) Sites Internet 


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014) Topo cartes (extraits)

     Entre Haute Ubaye et Val Maïra... (2014)

                                                                                        Extrait de la carte au 1:20 000ème de Bruno Rosano / 1ère partie

     Entre Haute Ubaye et Val Maïra... (2014)

     Extrait de la carte au 1:20 000ème de Bruno Rosano / 1ère partie suite

    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)
    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Entre Haute Ubaye et Val Maïra... (2014)

    Extrait de la carte au 1:20 000ème de Bruno Rosano / deuxième étape 


    Entre Haute Ubaye et Valle Maïra... (2014)

    Extrait de la carte au 1:20 000ème de Bruno Rosano / dernier jour

    Entre Haute Ubaye et Val Maïra... (2014)

    Extrait tiré de Géoportail, carte IGN (échelle au 1/13000ème). Dernier partie du troisième jour

     



















    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :