• De lac en lac, dans le Queyras...

     

    Lac Porcieroles 2680 m


    « Autour du Refuge du Viso »

    Vallée du Guil

    Le lac du Clôt Sablé 2720 m

     Au départ de la Roche Écroulée 1787 m, en remontant le Guil en direction du Refuge du Viso 2460 m. Ici le Mont Viso se mire dans les eaux froides de ce petit lac confidentiel. Il se situe sur la rive gauche du Guil. Ici on cherche son « chemin », car il n'y a aucune trace de peinture, aucun balisage... rien ! Le Refuge du Viso, n'est pas très loin, il se situe à environ 2 km, de l'autre côté, sur la rive droite du Guil.  

    Lac Porcieroles 2680 m

    D'un lac à l'autre, après le beau Clôt Sablé, celui de Porcieroles mérite aussi un bel effort. Sur la rive droite du Guil, non loin du Refuge de Viso. Il se situe juste sous le Couloir du Porc celui-là même qui mène au Refuge Giacoletti qui se situe en Italie. La vue là, aussi, est superbe ! Il suffit au départ du refuge, de se laisser guider par les marques jaunes et les cairns. Au passage on pourra observer, une « petite » curiosité géologique : la Serpentine, témoin du passé, de couleur vert sombre, et d'aspect « écaille » de poisson. Il faut compter une bonne journée, soit environ 6 h pour 960 m de dénivelé. Je lui ai rendu quelques petites visites, lors de différentes itinérances dans le secteur, le lieu est toujours aussi beau et sauvage.

    Lac Lestio 2510 m, sources du Guil

    Le « petit » dernier !

    Vue et revue, lui aussi, lors de mes différents passages. Sur une journée il faut compter 18 km, pour 850 m de dénivelé. La route du Belvédère, quoique jolie est plutôt longue, mais le lac Lestio, reste, un bel objectif. Deux façons d'y accéder : soit par le refuge du Viso soit par le sentier qui remonte le Guil. Le lac est « lové » dans un cirque dominé par quelques beaux sommets : la Pointe Gastaldi 3210 m, la Pointe de Rome 3069 m et la Pointe Joanne 3052 m, ce dernier est accessible, sans difficultés majeurs, depuis le Col de Valante 2815 m. Pousser la curiosité et monter jusqu'au Col Valante perché à 2815 m, de l'autre côté c'est l'Italie. Ici il faut remonter un grand éboulis de chaos de blocs – parfois instables -. Mais une fois là haut, la face Ouest du Viso en impose, et la vue plongeante sur le lac est superbe.

    Pour voir les lacs autour du Viso, il « suffit » d'en faire le tour. Mais là, c'est une tout autre histoire. La « balade » est belle, un peu difficile et se fait sur plusieurs jours.


    Les Lacs du Malrif

    « Vous reprendrez bien un petit peu de glace ? »

    Réalisé lors de l’ascension du Grand Glaiza ou Punta Merciantaira 3293 m. Une belle « bavante » pour arriver au sommet, mais une belle récompense aussi car au passage on peut admirer de très beaux lacs d'origines glaciaires : le Grand Laus 2583 m, le Lac Mézan 2675 m et pour finir, le plus haut le Petit Laus 2805 m. Si on « stop » ici, on aura fait 800 m de montée ! Hé oui, le départ se fait depuis le secteur de la Bergerie du Lombard, à 1982 m. Par contre pour le sommet, c'est 300 m de montée en plus, mais le panorama à 360° mérite ce « petit » effort.

     

    Un petit tour du côté d'Arvieux...

    Lacs du Cogour, Lac de Néal, de la Favière & les Lacs Marion !

    Ce petit coin de nature est assez facile d'accès... Il suffit de se garer, au bout du bout, de la petite route, dans le secteur appelé « Le Pré des Vaches » 1966 m, après le petit village de Brunissard puis d'emprunter la piste, et se laisser ainsi « porter » jusqu'aux Chalets de Clapeytos 2221 m. La piste se fait sentier, et « grimpe » tout doucement vers les premiers lacs, ceux du Cogour, les Lacs de la Favière et de Marion sont tout proches ! Pour aller admirer le Lac de Néal, il « suffit » de « grimper », jusqu'au Col de Néal 2509 m. Il faut alors descendre d'environ 50 m – pour mieux les remonter ensuite ! - Le secteur est magnifique, il se visite même l'hiver avec raquettes aux pieds (attention toutefois aux risques d'avalanches !). J'ai tester les deux versions : estivale & hivernal, dans les deux cas, c'est vraiment très joli. Pour le retour on peut emprunter un sentier qui descend à main gauche, après le Col de Néal ; celui-là même qui part en direction du Lauzon. On peut aussi emprunter le Col du Lauzon, mais la « balade » est nettement plus longue, il vaut mieux, être garer dans le village de Brunissard, et emprunter le petit sentier qui monte en direction du Col du Cros 2309 m. Il faut compter une petite journée, et environ 14 km pour 650 m de dénivelé si l'on opte pour une version « simple »...

    IGN - 3637OT - Mont Viso - St-Véran - Aiguilles - PNR du Queyras


    Les lacs de Soulier 2492 m

    raquettes aux pieds !!!

    Une jolie petite balade hivernale au départ de Soulier 1816 m. Il faut suivre le torrent de Souliers jusqu’aux bergeries 2064 m, et remonter le vallon jusqu'au lac. Le lac se situe sous les contreforts du Pic de Rochebrune 3320 m, le lieux malgré la neige est minéral à souhait ! C'est 650 m de dénivelé, pour 5 h, en aller-retour ! En hiver, il faut évoluer avec prudence, donc, être attentif aux risques d'avalanche, être équipé comme il se doit : DVA, pelle, sonde, et bien évidement savoir s'en servir !

    IGN TOP25 3537ET Guillestre - Vars - Risoul

     


  • Au fils du Verdon …

     Plein-Voir 1259 m - Le sentier de l'Imbut - Le Sentier Blanc-Martel

    Le Grand Margès 1576 m - Sentier du Bastidon - Mont Chiran 1905 m

     etc... etc...

    Au fils du Verdon …


    Mont Chiran 1905 m et son observatoire...

     

    De là haut tout est beau ! Une belle balade, là aussi. Pas trop difficile, et pas trop longue seulement 11 petits kilomètres, pour à peine 650 m de dénivelé. Le départ, lui, se fait depuis les Chauvets et par le Portail de Blieux. On peut aussi partir de Blieux, c'est cette option que j'ai choisi lorsque j'ai opté pour l’ascension du "Chiran" en hivernal, et en raquette... hélas la neige n'était pas totalement au rendez-vous. Nous avons dû chausser, de mémoire, aux alentours des 1600 m. Mais que ce soit à la belle saison ou en hiver... c'est une belle balade !


    Le  Sentier du Bastidon...

    en boucle depuis La Palud sur Verdon

     

    Au fils du Verdon …Ce beau sentier donne à voir et à revoir... Une belle boucle au départ de la Palud-sur-Verdon, un des plus beau paraît-il ! Par un petit matin de mai, je quitte la "Palud", et emprunte le GR4, le sentier s'élève tout doucement mais sûrement pour traverser la magnifique forêt de Bardin où les Hêtres majestueux me font faire quelques contorsions, les Pins ne sont pas en reste... Le chemin file à travers bois : Adrech de Bardin 1352 m - Plateau de Bardin, puis au détour d'un lacet c'est le Ravin du Brusc, qui "plonge" en direction des gorges... Je délaisse un temps le GR4 pour un beau sentier qui arbore une belle marque jaune. Un "poil" raide cependant, il requiert toute mon attention. Après cette belle mais courte descente - la prudence est de mise car ici il faut poursuivre un court instant sur la route - ; un petit détour s'impose pour aller mirer les belles Gorges du Verdon depuis le Belvédère de Maireste 800 m. Après ce petit intermède, je poursuis ma "route" sur le sentier du Bastidon ; un sentier de toute beauté qui sent bon la garrigue ; qui surplombe le Verdon, et qui par endroit est "doté" de quelques passages câblés... grâce à une végétation généreuse, le vide bien que présent, se fait oublier. Le sentier file à flanc - ou presque -, il se contorsionne, descend, monte... C'est vrai que c'est beau... Le Ravin de Mainmorte, "Le Bastidon" touche à sa fin. Je récupère le GR 4, et poursuit, un petit moment sur la D23 - jusqu'à mon point de départ du matin : La Palud... Bilan de cette belle escapade : superbe mais sportive tout de même ! Il faut compter une bonne journée, environ 7 h, pour près de 1000 m de dénivelé, et environ 15 km...

    Le GR4 relie la Provence à l’Atlantique. Il part de Royan en Charente-Maritime pour se terminer à Grasse dans les Alpes-Maritimes, soit un total de près de 1470 km ! ... Il traverse 13 départements : la Charente-Maritime, la Charente, la Dordogne, la Haute-Vienne, la Creuse, le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Lozère, l'Ardèche, le Gard, le Vaucluse, les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.


    Les crêtes de l’Issioule - par le Col du Plein-Voir - et le sommet du Plein-Voir 1259 m

    Grand beau car grand vent… Après une belle « suée » pour atteindre le Col du Plein-Voir [avec au passage sur le sentier quelques courts tronçons à flanc de falaise et au bord du vide procurant de belles sensations, mais aussi de très beaux points de vue] avec cerise sur le gâteau, sur les crêtes quelques vautours et autres martinets jouant judicieusement, et avec « audace » avec les courants, nous offrant un magnifique balais aérien. Le vide tout proche, est perceptible, et procure de belles « émotions »... Le retour se fera quant à lui par le Col de l’Âne - 1094 m - la descente offre là aussi à voir, la prudence est de mise car elle est assez raide ; quelques petits cailloux roulent assez aisément sous la godasse (même si celles-ci sont en Vibram ® !!). Une belle, très belle balade, inspirée tout simplement par la carte.


      Le Sentier Blanc-Martel

    2002 - 2006 - etc... etc..

     

    Au fils du Verdon …Après les « cimes » du Verdon : les Gorges... Tout d'abord le sentier le plus connu, celui de « Blanc-Martel » au départ du Chalet de la Maline juste après La Palud sur Verdon. Du haut, elles semblent « imprenables »... et pourtant il suffit de quelques lacets et de «dégringoler » de 300 m pour rejoindre le niveau du Verdon. Une fois « en bas » on suit les Gorges sur près de 14 km. La balade est un peu longue, mais elle vaut vraiment le détour... Et au détours, de quelques lacets, viennent les « difficultés » : les premiers escaliers ceux de Guègue, puis c'est ceux la Brèche Imbert un escalier métallique qui peut en impressionner quelques uns, prudence le dépassement peut être délicat ! Le sentier se poursuit et suit le Verdon, à droite comme à gauche les falaises de calcaire, de près de 300 m de haut sont impressionnantes... Elles en imposent, des éclats de voix peuvent se faire entendre, car ces grandes parois « abritent » parfois quelques grimpeurs amateurs de grandes voies « à sensations ». On poursuit entre ombre et lumière, tantôt sous couvert de beaux arbres, tantôt au bords de l'eau. Un petit passage technique au niveau Baume aux Chiens demande un peu d'attention, ensuite, et bien ce sont deux tunnels le premier fait 110 m, et le second près de 610 m ! La frontale est la bienvenue, pour savoir où mettre ses pieds, car ici il y a souvent de l'eau ! Au bout du bout... c'est la sortie, la sortie des Gorges, la « fin » du sentier Blanc-Martel... Et hélas, il faut, remonter, un tout petit effort : 150 m de dénivelé positif pour mettre un « point final » à cette très belle balade, et arriver au Point Sublime, où « Dame Navette » attend son flot de marcheurs pour les ramener à leur point de départ le Chalet de la Maline !

    Dans la catégorie "difficultés" : je dirais, plutôt sportif soit difficile T2, pour cette belle traversée il faut compter 7 h, pour 14 km & 600 m de dénivelé positif, avec quelques passages techniques : escaliers, main courante. Le balisage est rouge et blanc... Ici on suit le GR 4

     

    Au fils du Verdon … Le sentier de l'Imbut

     2002 - 2006 - etc... etc...

     

    Après le Sentier Blanc-Martel, le sentier de l'Imbut. Il s'agit là aussi d'une traversée, plus courte mais plus difficile. Quelques passages demandent beaucoup d'attention, et peut en impressionner quelques uns. La sortie des Gorges par le par le Sentier Vidal, est assez raide, et comporte des portions équipées d'échelles métalliques, de mains courantes. Il faut compter environ 4 h 30, pour 10 bon km & seulement 450 m de dénivelé positif.

    Le Sentier Blanc-Martel - Le sentier de l'Imbut – Le Grand Margès... en traversée avec une nuit à la belle étoile ! - 2006 -

     

     

    Au fils du Verdon …

     Du Point Sublime à Aiguines en traversée par les Sentier Blanc-Martel -l'Imbut & Le Grand Margès. Une belle itinérance, un beau « trait d'union », au pays du Verdon. Deux jours pour relier le Point Sublime 787 m à Aiguines en empruntant les mythiques Gorges et le Grand Margès 1576 m. L'itinéraire est « simple », il suffit d'emprunter le Sentier Blanc-Martel, depuis le Point Sublime. Ici on commence donc par la fin... Tout d'abord les tunnels, jusqu'à l'intersection qui indique la passerelle de l’Estellier pour rejoindre le Sentier de l'Imbut : corniche du Vieux Cade, le "Styx", puis c'est la grande vire du Maugué – ici le vide est bien présent et peu impressionner, la prudence est de mise – une main courante est là... La sortie se fait par le Sentier Vidal : sa raideur, ses marches, sa main courante, son étroitesse, sont un « défit » surtout quand on a sa maison sur le dos ! C'est technique... et acrobatique ! Quelques efforts, et hop c'est « l'air de bivouac », au sortir du sentier... Quelle belle journée ! Après tous ses efforts, et ses « émotions », une bonne nuit de sommeil méritée !Deuxième journée, après une nuit un peu fraîche, c'est le grand chambardement : le rangement du camp ! Et hop, c'est repartie pour une belle journée de marche toujours sous un beau soleil... C'est avec prudence que l'on traverse la route pour emprunter le chemin qui monte, en face, dans la forêt, et récupérer un peu plus haut le GR 99, et poursuivre ainsi jusqu'au Pas de Garimbau 1321 m, puis le Grand Margès et son beau belvédère qui culmine à 1576 m ! La suite, se fait toujours sur le GR 99, jusque Aiguines...

    Cette traversée, inspiré de la carte, n'est pas à mettre entre tous « les godillots ». La première étape est plutôt longue, et assez technique dans la deuxième, en plus des difficultés liées au terrain, il faut tenir compte ici, aussi, du poids du sac. La deuxième journée, est moins technique même si la descente vers Aiguines dans un terrain parfois malcommode requiert un peu d'attention. Cela demande aussi un peu « d'organisation », il faut minimum deux voitures pour réaliser les navettes...

     

    Au fils du Verdon …

     

     

    Carte : IGN TOP25 3442 OT Gorges du Verdon

     

     

    Au fils du Verdon … Un très joli résumé en vidéo, de ces deux beaux sentiers, réalisé par Carnet de Rando : Le Grand Canyon, le sentier Martel et de l'Imbut 



     

     


    votre commentaire
  •  L'Ubaye et ses lacs...

    Vallée de l'Ubaye – Vallée de l'Ubayette

    Vallon de Mary – Vallon de Maurin

    Vallon du Loup - Vallon du Lauzanier


    Le Lac Premier 2628 m L'Ubaye et ses lacs... : Lauzanier, Oronaye, Roburent

    2007 / 2010 / 2013 / 2017

    Depuis le Hameau de Fouillouse 1900 m [vallée de l'Ubaye]. Il faut compter environ 3 h pour atteindre ce beau coin de nature sauvage blottit au pied de l'imposant Brec de Chambeyron. L'itinéraire se fait sur un bon sentier, la première partie est un « poil » raide, mais la pente s’adoucit après une bonne heure d'effort et, le sentier se fait « balcon » et offre un très beau panorama. Il y a moyen ici de poursuivre et d'aller voir un peu plus haut, une multitude de lacs tous plus beaux les uns que les autres. Le plus spectaculaire d'entre étant celui des Neuf Couleurs 2840 m. (Réalisé lors de différents itinérants...)

     

      

     L'Ubaye et ses lacs... : Lauzanier, Oronaye, Roburent 

     

    Lac des Neuf Couleurs 2840 m, mais aussi le Lac Long, le Lac de l’Étoile, le lac Noir...

    2007 ( L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... bivouac) / 2010 / 2013 / 2017

    Une magnifique – et longue - « balade » pour arriver jusqu'au lac, mais ça vaut vraiment le détour ! Pour une meilleur vue, il faut fournir un petit effort et monter jusqu'au col frontière, celui de la Gypière 2927 m, d'où la vue est déjà pas mal, et poursuivre en direction de la Tête de la Frema qui culmine à plus de 3000 m, pour étendre encore un peu plus la vue, de là haut on peut admirer en plus du Lac des Neuf Couleurs, son voisin italien le Lago del Vallonasso di Stroppia. Pour l'option : lacs & sommets, il faut compter une bonne journée, et 1250 m de dénivelé... Il y a moyen de faire plus long... aussi.

     

     

     


      Lacs de Marinet 2540 m – le grand et le petit ! - L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure...

    2007 (bivouac) / 2014 / 2017

    Une très jolie balade depuis le Hameau de Maljasset 1900 m, il faut compter 5 h pour seulement 780 m de dénivelé positif. Il y a moyen de faire plus long. Pour cela il suffit de remonter le Vallon de Mary, et de « filer » jusqu'au Col de Mary ou de Maurin 2641 m. Au-delà c'est le Haut Val Maïra, le Piémont, l'Italie ! Une fois le col atteint, il faut alors emprunter le sentier qui part à main droite en direction du Col de Marinet 2787 m d'où l'on peut observer les glaciers du Marinet – enfin ce qu'il en reste -, les lacs sont en contre bas... Le sentier descend « franchement », puis file à flanc... Le grand lac, une belle pause s'impose. Magnifique tout simplement ! Pour cette version il faut compter 18 bon kilomètres pour 890 m de dénivelé, et une bonne journée

     

     L'Ubaye et ses lacs... : Lauzanier, Oronaye, RoburentLacs de Roure 2643 m

    2017

    Plus « sauvage » et moins fréquentés que ses voisins du « Marinet » ! Et pour cause, ici il faut naviguer « à vue »... enfin avec une carte et une boussole, savoir lire le terrain, et savoir s'orienter. Le GPS peut être utile ! Pour découvrir les lacs, il faut pour partie emprunter le même itinéraire que pour les Lacs de Marinet... après la Bergerie de Mary, il faut quitter le sentier principal, bifurquer à main gauche à la croisée du Béal de Roure et du Torrent de Mary. Une sente, et quelques cairns indiquent la direction. Le premier lac fait son apparition. Il faut fournir quelques efforts en remontant une sente cairnée pour découvrir les autres lacs de Roure. A n'entreprendre que par beau temps, une expérience en orientation est nécessaire. 

     


     Les Lacs du Longet 2655 m – Source de l'Ubaye  L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure...

    2005 / 2010 (bivouac) / 2017

     Hameau de Maljasset 1900 m.... au bout, du bout... du bout du Vallon de Maurin, les Lacs du Longet 2655 m. Longue, très longue « balade ». De l'autre côté l'Italie, le Piémont... Non loin de là, et avec un peu de chance, le Mont Viso, est à porter de vue. La descente est aussi longue que la montée, mais ici, aussi, l'effort est vite récompensé ! Pas de difficulté particulière ici, l'itinéraire est long, il faut compter 800 m de dénivelé 13 km à l'aller et 13 au retour ! Il y a de quoi se "distraire" un peu lors de la montée : les Marmittes des Géants, ou bien encore moult marmottes. Le Col de Longet, à cheval entre France et Italie, ici on y vient uniquement à pied ! Balisage : GR de Pays (Rouge/jaune).

     

     

     L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... 

     

    Le Lac de la Noire 2887 m

     2005 / 2010  / 2017

    Un très beau lac d'altitude, situé entre Queyras et Ubaye. Il se situe sous le col du même nom. Entre Pic de la Farnéiréta et Tête des Toillies. Un secteur géologiquement très riche, ici on trouve de la Serpentine... Deux façons de "s'y rendre", soit par le Queyras et la vallée de l'Aigue Blanche, soit par le Hameau de Maljasset et le Vallon de Maurin. Une très longue, mais belle balade là aussi. Comme pour les Lacs du Longet, les sentiers sont balisés depuis Maljasset par un GR de Pays (Rouge/Jaune) et pour le Lac de la Noire par un PR (jaune).

    Depuis le Queyras : Du Cirque de Clausis à Maljasset

    Pour les sportifs (30 km/1300 m de dénivelé/8 h) une belle idée qui englobe : Les Lacs et le Col Longet/Le Lac et le Col de la Noire, avec cerise sur la gâteau l'ascension du Pic de la Farnéiréta 3134 m  L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... Incursion en Haute Ubaye : Col de La Noire et Farnéiréta


      L'Ubaye et ses lacs... : Lauzanier, Oronaye, Roburent

     

     

     

     

     

     Le Lac du Loup 2774 m

    2010 ( L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... bivouac)

    Comme les lacs de Roure, les Lacs du Loup, plus confidentiel, est une belle surprise... Il se mérite, et ne se laisse pas si facilement approcher, car il est un peu « farouche » ! Ici aussi, il faut avoir une certaine habitude des outils : carte et boussole ! Le GPS, aide bien aussi paraît il... Sauvage, très sauvage... une petite merveille. Une bonne « grosse » journée – ensoleillée c'est quand même mieux – car le lieu est minéral à souhait et dépourvu de balisage ! A n'entreprendre que par beau temps, une expérience en orientation est nécessaire.

     

     

     L'Ubaye et ses lacs... : Lauzanier, Oronaye, Roburent

     

     

     


     Lauzanier 2284 m & de Derrière La Croix 2426 m, Oronaye, Roburent ...

    2014/2015


     L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... Cartes

    • 3637 OT Mont Viso & 3538 ET Aiguille de Chambeyron
    • IGN TOP25 3639 OT Haute Tinée pour les lacs de Derrière la Croix

     

     L'Ubaye et ses lacs : Lauzanier, Oronaye, Roburent, Loup, Roure... Quelques bons "liens"...

    Secteur du Vallon de Mary

     

    D'un col à l'autre : du Col Mary au Col de Marinet (06/2014) Hébergements


    votre commentaire
  • Les Monges, en boucle depuis Authon

    Point culminant des Pré-alpes de Digne, et accessoirement un beau belvédère. Top départ du petit village d'Authon...


    votre commentaire
  • Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre...

    Les crêtes de l’Issioule - par le Col du Plein-Voir - et le sommet du Plein-Voir 1259 m

    Les crêtes du Mourré d'Agnis et son sommet : le Mourré d'Agnis 916 m depuis Mazaugues

     Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016)

    L'une se situe dans le Verdon et, l'autre dans le Var à l'est du massif de la Sainte Baume... Il n'y aurait qu'un pas à faire ou presque, car ces « deux sites » sont reliés par : le GR 99, sorte de trait d'union... [Le GR 99, c'est une itinérance de près de 176 km, "De la Méditerranée aux Gorges du Verdon"]. Ici deux secteurs bien distinct, mais pour sûr, deux secteurs qui donnent à voir et à revoir. La vue une fois « là haut » est de toutes les beautés et s'étend aussi loin que l’horizon le permet. [Hélas, pour le Mourré d'Agnis, un ciel plutôt voilé et bien gris, ne nous aura pas permis d'étendre la vue].

    Au « Verdon », grand beau car grand vent ! … Après une belle « suée » pour atteindre le Col du Plein-Voir [avec au passage sur le sentier quelques courts tronçons à flanc de falaise et au bord du vide procurant de belles sensations, mais aussi de très beaux points de vue] avec cerise sur le gâteau, sur les crêtes quelques vautours et autres martinets jouant judicieusement, et avec « audace » avec les courants, nous offrant un magnifique balais aérien. Le vide tout proche, est perceptible, et procure de belles « émotions »... Le retour se fera quant à lui par le Col de l’Âne - 1094 m - la descente offre là aussi à voir, la prudence est de mise car elle est assez raide ; quelques petits cailloux roulent assez aisément sous la godasse (même si celles-ci sont en Vibram ® !!).  Une belle, très belle balade, inspirée tout simplement par la carte.

    Au « Mourré » [ou Mourre]... une météo assez timide : au loin on aura distingué, tout de même, la mer, la « Sainte », la Sainte Baume – toute proche -, la Montagne de Loube... Une collection de fleurs Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) auront été « importé » sur nos cartes mémoires : Tulipes Australes, Ophrys de la Drôme, Asphodèle, et autres beautés mystérieuses... Mazaugues, petit village du Var, c'est cette option que nous avons retenu pour "monter" au "Mourré"... Nous avons dans un premier temps suivi le GR 99 puis la piste forestière laissera après quelques lacets, la place à un très beau sentier qui monte doucement dans un premier temps, puis un peu plus franchement dans un second, en direction de la crête avec au passage quelques beaux points de vue sur le lointain, pas encore totalement obstrués par les nuages à cette heure ci... de la matinée ! - Une fois la crête atteinte, il suffit de se laisser "guider" par le sentier qui file au loin, et accessoirement le long de la crête. La sensation de vide, ici, est moins prégnante que sur la Crête de l'Issioule dans le Verdon... A toute raison garder il faut être toutefois prudent !  La différence, se fait ici, aussi, par la végétation, divers et variés, on en oublierait presque que l'on est en "Provence". Le secteur réserve de belles surprises....!

    Cette belle randonnée nous a été inspiré par Visorando.com


    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à l'autre...

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) MusiqueOlafur Arnalds


    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Côté difficulté technique

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Les crêtes de l’Issioule - par le Col du Plein-Voir - et le sommet du Plein-Voir 1259 m

    • L'ensemble des difficultés du parcours sont variables, la cotation va de T1 (uniquement pour le départ) puis T2 pour le reste du parcours. [Selon l'échelle de difficulté du CAS ]. Pas de problème d'orientation particulier, un pied sûr est requis, certains, courts, passages sont aériens en montant vers le Col du Plein Voir. Une grande prudence est de mise aux abords de la crête. La descente par le col de l’Âne est raide et se fait sur un sentier mal commode, avoir un pied sûr, bâtons vivement conseillés. Ce parcours est "sportif" : environ 14 km pour environ 700 m dénivelé positif. Requiert effort et attention à la montée et à la descente.

     

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Les crêtes du Mourré d'Agnis et son sommet 

    • L'ensemble des difficultés du parcours : T2. [Selon l'échelle de difficulté du CAS ]. Ce parcours est sportif : environ 17 km pour 700 m de dénivelé positif, et requiert une bonne endurance, un pied sûr, une bonne connaissance du milieu, et de l'orientation. Une grande prudence est de mise aux abords de la crête. Prudence sur la descente, le passage est assez court mais raide, l'appuie des mains peut être nécessaire. Au niveau du secteur dit de la "Taoule", l'orientation peut poser problème... être attentif ; le balisage est variable : GR/PR/Rouge, Jaune ou encore Vert/Blanc...
    • Elle est classée "DIFFICILE" par le site VISORANDO. 

     

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Côté équipement

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016)Carte

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à l'autre... (avril 2016)

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Sites Internet / infos complémentaires

    • Les crêtes du Mourre D'Agnis au départ de Mazaugues : http://www.visorando.com/
    • Le Mourre (ou Mourré) d'Agnis (919 m) au départ de Mazaugues, avec une variante par la ferme d'Agnis : Les Randos d'Albert 
    • Idée de topo : Les Crêtes de l’Ourbes et de l’Issioule au dessus des gorges du Verdon 1259 m ; classée "Montagnard (Randonneur Expérimenté)" : à découvrir sur le [très bon] site : http://www.topopyrenees.com/

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à une autre... (avril 2016) Topo carte extraits 

    Fonds de carte extrait de : SKITRACTS, fonds Géoportail. Montage réalisé à l'aide de : PhotoScape

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à l'autre... (avril 2016)

    Du Plein-Voir au Mourré d'Agnis, d'une crête à l'autre... (avril 2016) 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique